accueil
robe Petite Marie-Antoinette
robe-Marie-Antoinette
robe-Marie-Antoinette                                
de 4 à 9 ans 90 euros
de 10 à 16 ans 95 euros
cerceau en bas de la robe 10 euros
kit complet (pour faire la robe vous-même) 50 euros
collier en satin plissé 9 euros
cape assortie 35 euros
Commander

les rubans peuvent être blancs ou de même couleur que la robe, à préciser lors de votre commande
couleurs de satin pour la robe (hors ruban):
robe-Marie-Antoinette





 En arrivant à la cour de Louis XV en 1770, la jeune Marie-Antoinette alors âgée de 15 ans adopte la mode en usage. Depuis 1720, c’est la robe à la française : Composée d’un jupon, d’une pièce d’estomac triangulaire cachée par une échelle de rubans et d’un manteau. Les manches dites en pagode s’agrémentent de dentelle.

La robe à la polonaise apparait vers 1772-1774. C'est une variante de la robe à la française. Son originalité fait qu’elle est retroussée vers l’arrière en 3 pans arrondis.

La robe à la circassienne est une variante de la robe  à la polonaise. Les manches sont longues et serrées ne dégageant le poignet de la manche du dessous

Vers 1768, le caraco (casaquin) et chemises :   A la polonaise ou à la française, les caracos sont des robes coupées sur les hanches, s'agrafant par-devant. Les manches sont en sabot.
Vers 1770 la robe à l'anglaise : Sans corps baleiné et sans paniers, elle se ferme devant par un gilet, en redingote ouverte. Les côtés de la jupe s'ouvrent sur un jupon. Ajustée à la taille, la robe a une queue traînante. Les manches sont bouffantes. La vogue de ce type de robe annonce la disparition des paniers

En 1774 Marie-Antoinette devient Reine à 18 ans

La robe à la lévite : Est une robe droite à col châle retenue à la taille par une écharpe. Marie Antoinette la porta alors enceinte en 1778.

Les robes de simplicité apparaissent vers 1778. Marie-Antoinette avait coutume de porter la robe en « gaulle », ou « chemise de la reine », quand elle se trouvait à Trianon. C’est en fait une robe d'intérieur, de mousseline ou de soie, très décolletée, retenue à la taille par un ruban de couleur pâle. Cette tenue était accessoirisée d’un chapeau de paille à la Marlborough sur des cheveux laissés libres.

A partir de 1781, la robe « fourreau », appelée aussi « fausse robe » est une robe d’une seule pièce, au corsage busqué et lacé par derrière, à jupe fermée devant. Ce modèle est inspiré des costumes des petites filles. Elle se porte sans corsets ni panier. Cette mode annonce celle de la Révolution et à partir de 1789, la Reine ne sera plus guère concernée par l’évolution de la Mode …